Accueil

Chapitre 5

5.1   Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu,
5.2   il vit au bord du lac deux barques, d'où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets.
5.3   Il monta dans l'une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s'éloigner un peu de terre. Puis il s'assit, et de la barque il enseignait la foule.
5.4   Lorsqu'il eut cessé de parler, il dit à Simon: Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher.
5.5   Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet.
5.6   L'ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait.
5.7   Ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l'autre barque de venir les aider. Ils vinrent et ils remplirent les deux barques, au point qu'elles enfonçaient.
5.8   Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit: Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur.
5.9   Car l'épouvante l'avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu'ils avaient faite.
5.10   Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Alors Jésus dit à Simon: Ne crains point; désormais tu seras pêcheur d'hommes.
5.11   Et, ayant ramené les barques à terre, ils laissèrent tout, et le suivirent.
5.12   Jésus était dans une des villes; et voici, un homme couvert de lèpre, l'ayant vu, tomba sur sa face, et lui fit cette prière: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur.
5.13   Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt la lèpre le quitta.
5.14   Puis il lui ordonna de n'en parler à personne. Mais, dit-il, va te montrer au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage.
5.15   Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies.
5.16   Et lui, il se retirait dans les déserts, et priait.
5.17   Un jour Jésus enseignait. Des pharisiens et des docteurs de la loi étaient là assis, venus de tous les villages de la Galilée, de la Judée et de Jérusalem; et la puissance du Seigneur se manifestait par des guérisons.
5.18   Et voici, des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le placer sous ses regards.
5.19   Comme ils ne savaient par où l'introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et ils le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l'assemblée, devant Jésus.
5.20   Voyant leur foi, Jésus dit: Homme, tes péchés te sont pardonnés.

Tu seras pêcheur d'hommes ( v. 1-11 )

Jésus fait avancer la barque en pleines eaux, au milieu de l'eau profonde.
Sur le plan symbolique, l'étendue d'eau symbolise la foule, les peuples.
Et au milieu de cette eau, au milieu de tout ce peuple, Simon ramène dans ses filets une multitude de poissons. Désormais, ce sont des hommes qu'il ramènera. Le texte_bible dit "des hommes vivants". Il pèchera des hommes pour la vie, la vie éternelle.

je suis un homme pécheur. ( v. 8 )

Le péché ne peut pas cohabiter avec la sainteté. En présence de Dieu, le péché qui se trouve dans l'homme s'enflamme et se consume. Le pécheur ne peut vivre au ciel.
face à la sainteté de Jésus, Simon et ses amis prennent peur, et lui demandent de partir, pour ne pas périr à cause de leurs péchés.

S'ils avaient mieux connu Jésus, ils lui auraient demandé non pas de partir, mais de les guérir, de les purifier.

Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur ( v. 12-16 )

Ce lépreux a mieux compris Jésus que Simon et Jean. Il sait que Jésus peut le purifier à la fois de ses péchés, et à la fois de sa maladie. L'une étant la conséquence de l'autre.
Il sait aussi que cela ne dépend que de la volonté de Jésus.

L'homme guéri, Jésus lui demande de respecter la Loi de Moïse, la Loi de Dieu, et d'aller au Temple offrir les sacrifices prescrits pour la guérison.
A la foi doit s'ajouter le respect de la volonté de Dieu.

Homme, tes péchés te sont pardonnés ( v. 17-20 )

Un paralytique fait engager beaucoup d'efforts pour une éventuelle guérison. Ce qu'il reçoit, ce n'est pas la guérison du corps qu'il attendait, mais la guérison de l'âme.
Devant ce dilemne, qu'aurions-nous choisit ? Pouvoir remarcher, et jouir de la vie, de ce qu'elle peut nous apporter... ou bien aurions-nous choisi la guérison de l'âme, l'effacement des péchés ?
Qu'aurions-nous choisi, un plat de lentilles qui sent si bon, ou un droit d'aînesse qui ne sert pas à grand chose ? La jouissance de la vie, maintenant, tout de suite, ou bien une hypothétique vie future après une vie terrestre très inconfortable ?