Accueil

Chapitre 4

4.22   Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N'est-ce pas le fils de Joseph?
4.23   Jésus leur dit: Sans doute vous m'appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm.
4.24   Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie.
4.25   Je vous le dis en vérité: il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d'Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu'il y eut une grande famine sur toute la terre;
4.26   et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d'elles, si ce n'est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon.
4.27   Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d'Élisée, le prophète; et cependant aucun d'eux ne fut purifié, si ce n'est Naaman le Syrien.
4.28   Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu'ils entendirent ces choses.
4.29   Et s'étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu'au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas.
4.30   Mais Jésus, passant au milieu d'eux, s'en alla.
4.31   Il descendit à Capernaüm, ville de la Galilée; et il enseignait, le jour du sabbat.
4.32   On était frappé de sa doctrine; car il parlait avec autorité.
4.33   Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s'écria d'une voix forte:
4.34   Ah! qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu.
4.35   Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l'assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal.
4.36   Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres: Quelle est cette parole? il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent!
4.37   Et sa renommée se répandit dans tous les lieux d'alentour.
4.38   En sortant de la synagogue, il se rendit à la maison de Simon. La belle-mère de Simon avait une violente fièvre, et ils le prièrent en sa faveur.
4.39   S'étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l'instant elle se leva, et les servit.
4.40   Après le couché du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et il les guérit.
4.41   Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, en criant et en disant: Tu es le Fils de Dieu. Mais il les menaçait et ne leur permettait pas de parler, parce qu'ils savaient qu'il était le Christ.
4.42   Dès que le jour parut, il sortit et alla dans un lieu désert. Une foule de gens se mirent à sa recherche, et arrivèrent jusqu'à lui; ils voulaient le retenir, afin qu'il ne les quittât point.
4.43   Mais il leur dit: Il faut aussi que j'annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c'est pour cela que j'ai été envoyé.
4.44   Et il prêchait dans les synagogues de la Galilée.

Aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie ( v. 22-27 )

Jésus vient d'affirmer que la prophétie d'Esaïe est maintenant accomplie, parce qu'il est là pour instaurer le Royaume de Dieu. qui accomplira cette prophétie. Ce sont des paroles de grâce, car c'est une bonne nouvelle. Mais pour les auditeurs qui l'entendent, ce sont des paroles gratuites qui peuvent être blasphématoires. Car ils connaissent bien Jésus, le petit qui a grandi dans les rues de la ville.

L'histoire de la veuve de la ville de Sarepta vers qui fut envoyée Elie se trouve dans le premier livre des Rois: à partir de 1 Rois 17: 8.
Et l'histoire de Naaman le syrien est dans le deuxième livre des rois au chapitre 5.
Naaman et la veuve de Sarepta étaient païens, ils n'étaient pas juifs.

Jésus, passant au milieu d'eux, s'en alla ( v. 28-30 )

Convaicus que Jésus blasphémait, ils voulaient le tuer. Mais "Jésus, passant au milieu d'eux, s'en alla". La foule est frappée d'aveuglement, et ne voit pas Jésus s'échapper.
Trois ans plus tard, lorsque les soldats guidés par Judas viendront l'arrêter, il aurait pu faire la même chose. "Passer au milieu d'eux, et s'en aller". Mais les temps n'étaient plus les mêmes, et trois ans plus tard l'heure du sacrifice avait sonné. Mais il faut avoir à l'esprit que Jésus avait toujours la possibilité de s'enfuir, s'il l'avait voulu.

Il parlait avec autorité ( v. 31-36 )

Jésus enseignait dans les synagogues, les jours de chabbat. Il parlait avec autorité, c'est-à-dire qu'il affirmait les choses, sans laisser planer l'ombre d'un doute. Jésus savait, et il affirmait.

C'est cette même autorité qu'on retrouve dans les ordres qu'il donne aux démons pour guérir les possédiés. Et les démons obéissent, car Jésus est dépositaire de l'autorité de Dieu.

Il est intéressant de noter ce que disent les démons de Jésus. Ils ne disent pas "Tu es Dieu", mais simplement "tu es le béni de Dieu", ce qui est la traduction de Christ ou Messie.
Une petite question subsidiaire: puis-je me bénir moi-même ? Jésus est le Saint de Dieu sous-entend qu'il n'est pas Dieu... il est le Saint de Dieu, et pas le Saint Dieu.

Il imposa les mains à chacun d'eux ( v. 37-41 )

C'est après le couché du soleil que les habitants ammènent leurs malades à Jésus. Car Jésus enseigne à la synagogue le jour de chabbat. Et on ne peut faire aucun travail ce jour-là. Il ne peut donc pas guérir les malades en masse, les uns après les autres. Mais lorsque le soleil est couché, commence un jour nouveau. Après le couché du soleil, on est le lendemain du chabbat. Et là Jésus peut oeuvrer à la guérison.

C'est pour cela que j'ai été envoyé ( v. 42-44 )

Jésus nous révèle ici le but de sa mission, le pourquoi de sa venue sur terre. Annoncer la bonne nouvelle du Royaume, mais plus que cela, permettre que le Royaume puisse exister. Rendre possible, par son sacrifice, l'accession à la vie éternelle.