Accueil

Chapitre 2

2.21   Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère.
2.22   Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, -
2.23   suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur, -
2.24   et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur.
2.25   Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui.
2.26   Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.
2.27   Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu'ordonnait la loi,
2.28   il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit:
2.29   Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S'en aller en paix, selon ta parole.
2.30   Car mes yeux ont vu ton salut,
2.31   Salut que tu as préparé devant tous les peuples,
2.32   Lumière pour éclairer les nations, Et gloire d'Israël, ton peuple.
2.33   Son père et sa mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de lui.
2.34   Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère: Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction,
2.35   et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de coeurs soient dévoilées.

La circoncision ( v. 21 )

Elle marque l'entrée du bébé dans l'alliance entre Dieu et le peuple d'Israël. Elle est l'équivalent du baptême dans la religion chrétienne.
Jésus est un juif, bien ancré et respectueux de la religion juive. Le salut est apporté dans les nations par le peuple d'Istaël. Il n'aurait pu en être autrement.
Cette disposition du plan de Dieu se retrouvera quand son Royaume gouvernera la terre.

La présentation au Temple ( v. 22-24 )

Dieu a demandé aux enfants d'Israël de lui donner tout premier-né, tant des hommes que des animaux (Exode: 3-13). Moïse a expliqué que c'était en raison de ce qui s'est passé en Egypte. Les enfants d'Israël ont pu sortir de la captivité au prix de la mort des premier-nés égyptiens. Et les premiers-nés israélites n'ont eu la vie sauve qu'en raison du sacrifice d'un agneau. Pour rappeler ces faits, tout premier-né appartient à Dieu. On ne peut le racheter qu'au prix d'un sacrifice.

Il est intéressant de constater que celui qui a été sacrifié pour que nous vivions, a pu vivre libre grâce au sacrifice de deux tourterelles.

Siméon ( v. 25-32 )

Divinement prévenu de l'arrivée du Messie de Dieu, Siméon prophétisa devant le Temple.
Même s'ils n'ont pas laissé d'écrits, même si le message de Dieu n'était pas destiné à l'humanité entière, il y a toujours eu des prophètes en Israël, comme il y en a encore aujourd'hui parmi le peuple de Dieu.

Prophétie sur Jésus ( v. 33-34 )

Dieu, dans son oeuvre de création, a dès le commencement purifié ce qui existait par une action de séparation. Il a tranché et séparé la lumière d'avec les ténêbres; il a tranché et séparé les eaux du ciel d'avec les eaux de la terre; il a tranché et séparé le jour d'avec la nuit...
Dieu s'est occupé de purifier tous les éléments du monde des humains. Mais il laisse à son Fils le soin de trancher et séparer les hommes eux-mêmes. Les hommes dont Christ est le chef, le responsable.

Ainsi la venue, l'existence même de Christ sur terre sera un sujet de séparation des hommes d'avec les hommes. De purification de l'humanité, comme Dieu a fait pour les éléments inanimés.