Accueil

Apparence: les faits

Adam et Eve pouvaient librement choisir entre deux situations:
- ou bien obéir à Dieu, l'écouter et suivre ses directives. Et ainsi rester attachés à lui.
- ou bien ne pas écouter Dieu, désobéir, et se dérouiller seuls dans l'existence, sans le soutien de Dieu.
Ils ont fait leur choix, et cela a eu des conséquences.

Symbolisme: la chute

En choisissant de suivre sa propre voie, l'homme a beaucoup perdu.

Le premier constat: il se rend compte qu'il est nu. Il est nu dans tous les sens du terme. Nu physiquement, dévêtu, mais aussi nu dans le sens de désarmé face au monde qui l'entoure. Il prend conscience de sa faiblesse, maintenant qu'il est seul face au monde.

Il palie à cette nudité en se vêtant de feuilles. Mais Dieu lui retire ces feuilles, et les remplace par des peaux de bête. Ainsi l'homme est tombé de la créature parfaite à l'image de Dieu, en une créature proche de l'animalité, avec une peau couverte de cuir et de fourrure.

Il s'est ainsi éloigné du monde divin pour s'approcher du monde animal. Désormais, il n'est plus tel qu'il avait été créé, il est maintenant un homme dégénéré. C'est ce que signifie la chute.

La réalité: le dessous des cartes.

Avant même de commencer la création, Dieu savait ce qui allait se passer avec Adam et Eve. Il savait qu'ils allaient transgresser, en conséquence qu'ils allaient mourir. Et pour ne pas que la création soit vaine, il fallait prévoir une solution de secours en la personne de Jésus.

sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères,
mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache,
prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous,
1 Pierre 1: 18-20

L'action salvatrice de Christ était prévue avant la fondation du monde. En conséquence la chute des premiers humains l'était aussi. C'est ainsi que Dieu a conçu la création où nous vivons. L'existence du péché, de sa connaissance, était un mal nécessaire pour parfaire le dessein de Dieu. Il fallait que l'homme vive le péché, le domine, et le vainc. Et ainsi qu'il montre qu'il est déterminé à rejoindre Dieu et son amour.

Lorsque Dieu s'écrie, après avoir créé le premier homme, que "cela était très bon", ce n'est pas tant parce que sa création était parfaite, rien ne l'affirme, mais c'est surtout parque que la création répondait bien à ce qu'on attendait d'elle. Elle était bien faite pour ce qui était prévu.
Peut-on dire d'une création faillible qu'elle est parfaite ? Si on veut qu'elle faille, alors oui, on peut dire qu'elle est parfaite dans ce sens là, qu'elle est parfaite pour ce but.